Navigation principale


Bienvenu(e), invité(e)
Utilisateur:

Mot de passe:


Se souvenir

[ ]
[ ]
[ ]
 Membres vus aujourd´hui: 0
Actuellement connecté
 Membres: (0)
 Invité(e)s: (76)


Forums
<< Sujet précédent | Sujet suivant >>   
La blague du jour

Aller à la page   <<        >>  
Auteur Message
Mistëry
08 septembre 2015, 07:39
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Le spationaute belge

 

La Belgique entraîne depuis de longs mois un spationaute en vue de sa prochaine mise sur orbite: régime alimentaire, draconien, entraînement physique intense, lever tôt tous les matins, abstinence sexuelle absolue, et cette p#ù%&¬de$^Û »#de,?* de fusée qui ne veut jamais décoller.

Aussi un matin le brave et unique membre d’équipage craque et décide de rester au lit. Comme il ne veut pas risquer de se faire mettre à la porte il décide d’envoyer Janik son épouse à sa place.

– Mais chéri tu n’y pense pas !

– Mais si je t’assure en plus avec le scaphandre personne ne verra que ce n’est pas moi ! de toute façon la fusée ne décolle jamais.

L’épouse se laisse convaincre et évidemment ce jour là, la fusée part. Janik fait 70 fois le tour de la terre et amerrit au large d’Ostende, complètement groggy . Elle se réveille allongée sur une table, la combinaison défaite jusqu’au nombril, avec au dessus d’elle un type qui lui masse violemment les seins de haut en bas. Elle dit au gars:

– Mais, mais qu’est ce que vous faîtes ????

– Vous inquiétez pas mon commandant, on va vous les faire redescendre…



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
09 septembre 2015, 07:35
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Le cadeau surprise

 

Un jeune, homme, tout ce qu’il y a de plus correct, voulait acheter un cadeau de noël à sa nouvelle petite amie. Après mûre réflexion, il décida de lui acheter une paire de gants.

Accompagnée de la sœur de sa nouvelle amie pour être mieux conseillé, il alla les lui acheter. La sœur acheta, de son côté, deux paires de petites culottes pour elle-même. Durant l’emballage, la vendeuse mélangea les deux articles et la sœur obtint les gants…

Sans vérifier le colis, il envoya donc les petites culottes à son amoureuse avec la note suivante :

Douce chérie,

Voici un petit cadeau pour te prouver que je n’ai pas oublié noël. Mon choix est dû au fait que je me suis aperçu que tu avais l’habitude de ne pas en porter lorsque tu sortais le soir.

Si ça n’avait pas été de ta jeune sœur, j’aurais choisi une paire plus longue avec des boutons, mais elle porte elle-même des paires plus courtes, faciles à enlever.

La couleur est plutôt pâle, mais la vendeuse m’a montré une paire qu’elle avait portée pendant trois semaines et elle était à peine sale. La jeune vendeuse en a fait l’essai devant moi et ça lui faisait très bien.

J’aurais aimé pouvoir te les mettre moi-même la première fois. Sans doute beaucoup d’autres hommes les serreront dans leurs mains avant que je ne puisse te revoir. Lorsque tu les enlèveras, souffle dedans avant de les ranger afin de chasser l’humidité qui reste toujours après usage.

J’espère que tu vas les aimer et que tu vas les porter pour moi au jour de l’an. Pense juste au nombre de fois que j’aurai le plaisir de les embrasser. Enfin, la dernière mode c’est de les porter avec les rebords pliés montrant la fourrure.

Je t’aime



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
10 septembre 2015, 06:53
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Dans le train

 

Dans un train, les voyageurs s’ennuient.
L’un d’eux propose de raconter des histoires drôles pour passer le temps.
– J’en connais une bien bonne…C’est un Belge qui…
Son voisin se lève en protestant :
– Ah non monsieur ! Je suis Belge !
L’autre lui répond alors :
– Ce n’est pas grave, je vais la raconter lentement… !



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
11 septembre 2015, 07:20
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

On se connait ?

 

Un gaillard fait la file à la caisse de son supermarché quand il remarque qu’une petite blonde canon lui fait signe de la main et lui sourit.

Il s’adresse à elle et dit gentiment :
– Excusez-moi, est-ce que je vous connais ?

Elle répond en souriant :
– Je peux me tromper, mais je pense que vous êtes le père d’un de mes enfants…

Les souvenirs du gars le renvoient vers la seule et unique fois où il a été infidèle, et il demande :
– Nom d’un chien, ce ne serait pas vous la fille que j’ai n***** sur la table de billard devant tous mes copains lors d’une soirée bien arrosée, pendant que votre amie me f***** avec un céleri mouillé ?

– Ben non, répond-elle, je suis la nouvelle institutrice de votre fils !



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
12 septembre 2015, 08:21
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

La mobylette

 

– Dis papa, pourquoi tu es toujours tout rouge ?
– Et bien vois-tu, l’hiver quand je rentre en mobylette l’air frais me rend tout rouge.
– Ah bon. Mais pourquoi l’été aussi tu es tout rouge ?
– Et bien c’est à cause du casque quand je rentre en mobylette, ça me fait trop chaud.

Soudain la mère excédée se lève de table et attrape la bouteille de pastis.

Son mari surpris lui demande :
– Mais qu’est-ce que tu fais mon chou ?
– Et bien tu vois, je range la mobylette….



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
13 septembre 2015, 06:45
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Vol long courrier

 

Un petit garçon voyage seul sur un vol long courrier, et sa maman l’a confié à l’hôtesse.

A un moment donné il demande à faire pipi. L’hôtesse l’accompagne aux toilettes et lui explique comment elles fonctionnent.
Deux minutes après le petit garçon qui s’est débrouillé tout seul, ressort. Mais l’hôtesse qui ne s’est pas aperçue que le petit garçon a regagné sa place, se dirige à nouveau vers les toilettes et dit à travers la porte :
– Quand vous aurez fini je viendrai vous aider à ranger votre petit oiseau et à refermer votre braguette…

Et de l’autre côté une voix d’homme s’écrie :
– Ça c’est ce que j’appelle un service de bord !!!



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
14 septembre 2015, 20:44
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Lettre ouverte à mon patron

 

Ne me donnez jamais du travail le matin. Attendez toujours à 4h l’après-midi et apportez-moi le tout. Le challenge du dernière minute est toujours rafraîchissant.

Si vous me donnez un travail urgent, entrez dans mon bureau et interrompez-moi toutes les 10 minutes pour savoir où je suis rendu.
Ça aide beaucoup.
Ou, encore mieux, restez derrière moi, en me distrayant à chaque fois que je tape au clavier.

Quittez toujours le bureau sans dire à personne où vous allez et quand vous reviendrez.
Ça me donne la chance d’être créatif quand quelqu’un me demande où vous êtes.

Si j’ai les bras pleins de papiers, de boîtes ou de livres, n’ouvrez surtout pas la porte pour moi.
J’ai terriblement besoin d’apprendre comment s’y prend un paraplégique pour ouvrir une porte sans ses mains.

Si vous me donnez plus d’un travail à faire, ne me dite pas lequel je dois faire en priorité.
Je vais le lire dans ma boule de cristal.

Faites votre possible pour me garder le plus tard possible.
J’adore ce bureau et je n’ai vraiment pas d’autre endroit où aller ou autre chose à faire.
Je n’ai aucune vie autre que celle de mon travail.

Si j’ai fait un travail et que vous avez apprécié, gardez ça secret.
Si vous le dites, ça pourrait mener à une promotion.

Par contre, si vous n’aimez pas le travail que j’ai fait, dites-le à tout le monde.
J’adore entendre mon nom dans les conversations du bureau.
Je suis né pour me faire rabaisser.

Si vous avez des instructions spéciales pour un travail, ne me les dites pas.
En fait, gardez-les pour quand le travail sera terminé.
Inutile de me donner de l’information utile, tout d’un coup que ça me confondrait.

Ne me présentez jamais aux gens avec lesquels vous êtes. Je n’ai pas le droit de connaître personne.
Si vous me parlez d’eux plus tard, j’utiliserai mes déductions surnaturelles pour savoir de qui vous parlez.

Ne soyez gentils avec moi que si vous me donnez un travail à faire qui a une importance capitale.
Autrement, je n’ai pas besoin de gentillesse.

Racontez-moi tous vos petits problèmes.
Personne d’autre en a et c’est tellement agréable de savoir qu’il y en a des moins malchanceux.
En particulier des problèmes du genre que vous vous êtes fait enlever trop d’argent par l’impôt sur le chèque de bonus que vous avez obtenu.

Attendez l’évaluation annuelle des employés pour me dire qu’est-ce que j’aurais dû faire pendant l’année.
Donnez-moi une performance médiocre et n’augmentez surtout pas mon salaire.
Le coût de la vie augmentera, mais ce n’est pas grave, je ne suis pas ici pour l’argent de toute façon.



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
15 septembre 2015, 20:43
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Il fait sombre ici

 

Une femme reçoit souvent son amant pendant que son mari est au travail. Un jour, son fils de 8 ans se cache dans l’armoire pour voir ce que sa mère fait avec cet homme-là. Un moment plus tard, le mari rentre à l’improviste.

Paniquée, la femme cache son amant, dans la même armoire. Et c’est ainsi que l’amant et le fils font connaissance.

– le fils : fait sombre ici.
– l’amant : ouais c’est vrai
– le fils : j’ai un ballon de foot.
– l’homme : content pour toi.
– le fils : tu veux l’acheter ?
– l’homme : non merci.
– le fils : mon père est là dehors…
– l’homme : ok, combien ?
– le fils : 250 euros !

Quelques jours plus tard, le fils se retrouve à nouveau dans l’armoire en compagnie de l’amant de sa mère.

– le fils : fait sombre ici.
– l’homme : ouais c’est vrai.
– le fils : j’ai des super baskets…
– l’homme se rappelant la dernière fois, grimace : bon combien ?
– le fils : 500 euros !

Quelques jours plus tard, le père dit à son fils : Mets tes baskets et prends ton ballon, on va faire une partie.

– le fils : je peux pas, j’ai tout vendu.
– le père : pour combien ?
– le fils : 750 euros !
– le père : c’est inadmissible d’arnaquer les gens comme ça. Ces affaires n’ont jamais coûté ce prix là. Je t’amène à l’église pour te confesser.

Le père amène son fils à l’église, le pousse dans le confessionnal et ferme la porte.

– le fils : fait sombre ici.
– le curé : ah non !, maintenant tu arrêtes tes conneries !…



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
16 septembre 2015, 07:10
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Dans un café

 

Un Français est en train de déjeuner dans un café, lorsqu’un Américain, mâcheur de chewing-gum, vient s’asseoir en face de lui :
– Vous mangez tout le pain en France ?
– Bien sûr.
– Nous aux States on ne mange que la mie. La croûte, on la stocke dans des containers, puis on la transforme en croissants qu’on envoie en France

Après un petit silence, l’Américain renchérit :
– Et avec le pain, vous mangez de la confiture ?
– Bien sûr !
– Eh bien, nous on mange des fruits frais, on ramasse et on stocke les pelures dans des containers, on les transforme en confiture qu’on envoie en France !

Le Français, excédé lui demande alors :
– Et vous que faites-vous avec les préservatifs usagés ?
– On les jette bien sûr !
– Eh bien nous on les stocke dans des containers, puis on les transforme en chewing-gum qu’on envoie aux États-Unis !…



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
17 septembre 2015, 06:55
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Coca-cola

 

Les dirigeants de Coca-Cola se rendent personnellement au Vatican pour faire une offre au Pape : « Votre Sainteté, nous vous proposons 5 millions de dollars par mois pour que vous changiez dans le Notre Père la phrase « donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien » par « donne-nous aujourd’hui notre Coca-Cola quotidien ».

Après un moment, le Saint Père répond : « Nous ne pouvons pas faire cela, mon fils… »

Après quelques mois, ils reviennent avec une nouvelle proposition revue à la hausse : « Votre Sainteté, notre firme vous offre 300 millions de dollars par an si vous changez dans le Notre Père la phrase « donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien » par « donne-nous aujourd’hui notre Coca-Cola quotidien ».

Après avoir marqué un temps de repos, le Saint Père répond : « C’est impossible, nous ne pouvons pas faire cela, mon fils… »

Mais les dirigeants de Coca-Cola insistent, obtiennent une nouvelle fois d’être reçus et lui présentent une nouvelle offre : « Votre Sainteté, notre firme a décidé d’offrir un milliard et demi de dollars par an à la Sainte Eglise si vous acceptez de changer dans le Notre Père la phrase « Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien » par « donne-nous aujourd’hui notre Coca-Cola quotidien ».

Après un temps de réflexion, le Saint père se retourne vers son secrétaire et demande : « Il se termine quand, notre contrat avec les boulangers ? »



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
18 septembre 2015, 07:20
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Le chaos

 

Un jour, un homme rentre du travail pour trouver le chaos qui règne à la maison.

Ses enfants, encore en pyjama, jouent dans la boue du jardin. Sur le gazon, tout autour de la maison, il y a des cartons de repas congelés et des boîtes de jus de fruits par terre.

Quand il entre dans la maison, c’est encore pire :
La vaisselle sale est éparpillée dans toute la cuisine, le repas du chien est renversé sur le sol, la vitre est brisée et traîne par terre sur une grande surface. Il y a du sable sur le carrelage, sur la table de la cuisine et les meubles. Dans la salle de séjour, il trouve des jouets, des vêtements et une lampe renversée.

A ce moment, l’homme a très peur qu’un malheur ait touché sa femme. Il se précipite au second étage et là, stupéfait, il trouve sa femme encore en pyjama assise dans le lit en train de lire un livre.

Elle se retourne en souriant et lui demande :
– Comment était ta journée ?
– Mais que s’est-t-il passé ici aujourd’hui ??

Elle lui répond souriante….
– Tu sais, chaque jour en rentrant, tu me demandes ce que j’ai fait durant la journée et quand je réponds que je me suis occupée de la maison et des enfants… Tu me dis : «C’est tout ? »…Eh bien, aujourd’hui, je n’ai rien fait !…



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
19 septembre 2015, 07:46
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Les ingénieux ingénieurs

 

Trois ingénieurs font une ballade en voiture : Il y a un électricien, un chimiste et un programmeur de chez Microsoft.

Ils devisent joyeusement, lorsque leur voiture tombe en panne. Ne connaissant rien à la mécanique, chacun y va de son commentaire.

L’électricien pense que ce doit être un problème électrique et qu’il serait bon de vérifier les contacts.

Le chimiste suggère que l’essence s’est peut-être émulsifiée et qu’il faudrait sûrement vidanger.

L’ingénieur Microsoft, qui ne connaît rien à rien propose :
– Nous allons fermer les fenêtres, sortir, rentrer, ouvrir les fenêtres et probablement que ça marchera !…



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
20 septembre 2015, 08:34
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Alice

 

Un camionneur s’arrête à un feu rouge, une blonde le rattrape. Elle sort de son auto en courant vers le camion et frappe sur la porte. Le camionneur descend sa vitre et elle lui dit :

– Bonjour, mon nom est Alice et je veux vous dire que vous perdez votre cargaison.

Le camionneur l’ignore et continue sa route.

Quand le camion s’arrête à un autre feu rouge, elle le rattrape encore une fois. Elle descend en courant de son auto et court au camion. Elle frappe sur la porte. Le camionneur redescend encore une fois sa vitre.

Elle lui dit comme si elle ne lui avait jamais parlé :
– Bonjour, je suis Alice et je veux vous dire que vous perdez votre cargaison.

Secouant la tête, le camionneur l’ignore encore une fois et continue son chemin. Le feu passe au vert, le camionneur embraye et poursuit sa route. Voyant que la blonde compte encore insister, c’est lui qui prend cette fois les devants. Il se dépêche, sort de son camion et court à l’auto de la blonde. Il frappe sur la portière, elle descend la vitre et il lui dit exaspéré :

– Bonjour, je suis André, c’est l’hiver et je conduis un CAMION DE SALAGE !!…



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
21 septembre 2015, 07:24
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Une envie pressante

 

Deux amies complètement bourrées rentrent chez elles en marchant. Comme elles ont beaucoup bu, elles ont très envie d’uriner. Elles passent devant un cimetière et l’une suggère qu’elles pourraient se soulager derrière une pierre tombale.

La première qui n’a rien pour s’essuyer décide de quitter son slip, de l’utiliser à cet effet et de le jeter ensuite.
Son amie qui ne veut pas abîmer ses sous-vêtements de luxe se trouve chanceuse de trouver un ruban
sur une couronne de la tombe à côté et s’en sert pour s’essuyer.

Puis elles rentrent à la maison.

Le lendemain, le mari de la première téléphone au mari de la deuxième :
– Il va falloir que nous surveillons nos femmes, la mienne est rentrée sans culotte la nuit dernière.
– Ce n’est rien, dit l’autre, la mienne est revenue avec une carte coincée entre les fesses disant :
«De la part de tous les gars de la brigade de pompiers, on ne t’oubliera jamais»



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Mistëry
23 septembre 2015, 07:41
Membre enregistré #477
Inscrit(e) le: 22 octobre 2009, 16:28
Messages: 1903

Priorité à droite

 

Dans un brouillard à couper au couteau, avec une visibilité quasiment nulle, un automobiliste heurte un autre véhicule. Il descend et dit au conducteur :

– Je suis désolé, mais vous êtes dans votre tord. Je venais de droite
– Ça m’étonnerait que ça joue auprès de mes assurances. Vous êtes dans mon garage…



***A vaincre sans péril on triomphe sans gloire***
Retour en haut
Aller à la page   <<        >>  
Modérateurs:aihla, Minitonia, Nowwhat, Yøg, Dobromir, Agroma, Freijana, Yinløng, Espérãnce

Allez à:     Retour en haut


Fil d’informations pour ce sujet: RSS 0.92 Fil d’informations pour ce sujet: RSS 2.0 Fil d’informations pour ce sujet: RDF
.